L’ingénierie démocratique et son application au processus de paix Israélo- Palestinien

Par Troy Davis

Cet article traite de l’ingéniérie démocratique1, un nouveau concept inventé en 2002 à la suite de mes réflexions sur la nécessité de construire une démocratie mondiale, une notion qui commença à être pris au sérieux depuis la fin des années 1990, et qui est de plus en plus d’actualité depuis les guerres en Yougoslavie et les deux guerres contre l’Irak. Tout d’abord je montrerais la pertinence d’une nouvelle approche (scientifique) de la question de la démocratie, en concevant une démarche appelé «ingéniérie démocratique», puis je donnerais un exemple précis qui est l’application de cette théorie au conflit israélo-palestinien. Cette approche permet de proposer un processus de paix inédit et révolutionnaire, bien que simple et en apparence banal. Je traiterais dans un prochain article d’un deuxième exemple un peu plus compliqué conçu comme test de cette théorie en automne 2002: comment se débarrasser de la dictature de Saddam Hussein sans guerre, ou si guerre il faille, sans illégalité et sans occupation étrangère ? La solution de ce deuxième problème nous donne naturellement la solution de ce qu’il faudrait faire aujourd’hui en Iraq (qui est un cas plus simple du problème plus complexe du cas de Saddam au pouvoir). Il est possible d’appliquer la méthode de l’ingéniérie démocratique pour expliquer/résoudre d’autres cas, comme l’Afghanistan etc. Et le développement de cette théorie et de ses applications sera une des activités principales de la future Ecole de la Démocratie qui verra le jour à Strasbourg, avec des annexes dans différents pays.

Pour faciliter la compréhension des arguments, les voici résumés. Fondements théoriques de l’/n&én/ér/e démocratique :

  1. la démocratie est une invention humaine, donc imparfaite mais perfectible ;
  2. la démocratie n’est pas un état statique mais un processus dynamique et l’état de la démocratie est l’instantané dans le temps de ce processus ;
  3. la démocratie «parfaite» n’existe pas et ne peut exister; le prétendre ou essayer de la réaliser est une pente glissante vers le totalitarisme ;
  1. la démocratie est une «haute technologie» politique complexe et fragile, équivalente à un «système opératoire politique» (par analogie avec l’informatique) de la société ;
  2. même si ses principes sont universels, il existe potentiellement une infinité de manière de réaliser la démocratie (regroupés en grandes familles avec des variations et sous-variations et des intersections entre familles) ;
  3. la majorité écrasante de toutes les démocraties possibles n’est «pas bonne» dans le sens que ces démocraties sont instables et qu’elles ne protègent pas suffisamment la dignité humaine et le monde en général ;
  4. la valeur ou qualité de la démocratie dépend de la mesure dans laquelle elle permet à la société de remplir les buts qu’elle s’est fixés, et n’est donc pas une fin en soi, mais ceci conduit au paradoxe de la définition des buts qui au-delà de celui de la survie fondamentale devrait être défini de manière démocratique ;
  5. parmi les «mauvaises» versions de la démocratie figure un sous-ensemble qu’on pourrait qualifier de fondamentalisme démocratique qui est dangereux comme tout autre fondamentalisme ;
  6. certains fondamentalismes démocratiques sont plus proches de la dictature que des «bonnes» démocraties ;
  7. à chaque circonstance particulière correspond une démocratie optimale (qui fait partie de l’espace de toutes les démocraties possibles) ;
  8. la démocratie optimale pour une entité n’est pas nécessairement la même que la version optimale d’une autre ;
  9. alors que la démocratie est l’idéal normatif de quasiment tous les Etats au plan national (y compris des dictatures), la base normative (et pragmatique) du système international est plus proche de l’ancien régime féodal ;
  10. la base du régime international féodal est fondée sur des principes diamétralement opposés aux principes sous-jacents de la démocratie ;
  11. les incohérences entre ces 2 paradigmes opposés sont à l’origine de toute une série de problèmes géopolitiques non résolus car mal diagnostiqués par les experts et les gouvernants qui souffrent d’une sorte de schizophrénie politique collective (car ils conçoivent comme normaux certains principes pour l’espace national et comme tout aussi normaux les principes contraires pour l’espace international).
  1. de tout temps, le paradigme féodal de l’espace international «corrode» le paradigme démocratique de l’espace national. Ceci est visible aujourd’hui dans le monde entier par exemple grâce aux conséquences de la «Guerre contre la Terreur» de M. Bush. La démocratie s’en trouve diminuée plutôt que renforcée.
  2. le monde entier a basculé au 20ième siècle dans la démocratie au plan national (géographiquement) et normatif (philosophiquement).
  3. un grand problème de la démocratie est le fait est que consciemment ou inconsciemment, les gens pensent qu’elle ne peut fondamentalement qu’être que le résultat des forces aveugles de l’Histoire, et de l’action héroïque de personnalités exceptionnelles ;
  4. l’autre problème est le mythe profondément ancré que la seule manière qu’ont les humains d’influer sur l’évolution concrète internationale est à travers le mode de communication communément appellé «diplomatie» (dont les résultats sont arbitraires et imprévisibles, et qui par conséquent nécessite des efforts constants et surhumains qui épuisent nos élites), et si cette diplomatie échoue, par la guerre ;
  5. cette conception fataliste et «magique» nous empêche de concevoir la démocratie comme un outil politique fabriqué et nous a empêché jusqu’à présent de développer une ingéniérie rationelle et systématique qui puisse permettre d’améliorer nos démocraties ;
  6. un autre problème est la rareté des «bonnes» démocraties dans l’espace de toutes les variations possibles. La plupart des démocraties imaginables sont mauvaises et un sous-ensemble des «mauvaises démocraties» est celui des démocraties fondamentalistes, donc dangereux ;
  7. une autre conséquence de cette conception magique du monde est la grave illusion psycho-politique que presque n’importe quelle démocratie est plus efficace que presque n’importe quelle non-démocratie, et donc la création de grandes attentes, qui ne se réalisent pas, et crée un retour de fouet contre l’idée même de démocratie (alors que la déception devrait être dirigé vers le modèle particulier de démocratie en question ou sa mauvaise application) ;
  1. la meilleure solution pour réduire les tensions géopolitiques et créer la paix dans le monde est d’étendre le paradigme démocratique intra-étatique à l’espace inter-étatique, et de ce fait abolir le paradigme féodal complètement (et par là compléter les révolutions démocratiques du 18ième siècle) ;
  2. l’ingéniérie démocratique peut être appliqué au niveau local, national, multinational, ou mondial.

Un credo universel

La démocratie, ou plutôt son absence ou son dysfonctionnement, est au coeur de la plupart des problèmes géopolitiques actuels : de l’Irak au conflit israélo-palestinien, de l’Afghanistan aux républiques centrales asiatiques, de la Géorgie à l’Ukraine, et même de l’Union européenne et de l’ONU (que beaucoup appellent à se démocratiser), sans parler du continent africain qui regorge de non-démocraties.

En même temps, la démocratie est devenu une sorte de nouvelle religion séculaire, un credo universel. On constatera que la démocratie a gagné le combat politique normatif pendant le 20ième siècle. Alors qu’au début du siècle dernier régnait encore le Kaiser, le Tsar, les Empereurs de Chine, du Japon, de la double monarchie austro-hongroise et bien d’autres, et que 30 ans plus tard le Fuhrer et le Duce rejetaient violemment la démocratie en tant qu’apanage des faibles, il n’existe presque plus de pays qui officiellement rejette la démocratie en tant que concept fondateur et général, même et surtout les dictateurs2.

Une transition-clé dans l’histoire de l’humanité

Le monde a littéralement basculé en moins de 50 ans (après 1911, date de la chute de l’Empire chinois) d’une majorité de pays et d’êtres humains vivant sous des régimes officiellement anti-démocratiques, et officiellement basé sur la souveraineté des dirigeants de droit divin, donc la souveraineté «d’en haut», à des régimes qui (même s’ils ne nous semblent pas très démocratiques) épousent officiellement le principe de la souveraineté du peuple, la souveraineté «d’en bas». Aujourd’hui, à part quelques petits (en population, pas en importance géostratégique) Etats absolutistes, le monde entier a accepté les principes démocratiques, même si la définition et surtout l’application est différente. On notera ici que l’amalgame facile entre Hitler et Saddam Hussein était fondamentalement faux, car d’une part Hitler condamnait officiellement et méprisait la démocratie en tant que principe même, alors que Saddam Hussein, tout dictateur qu’il fût, prétendait défendre et incarner sa propre définition de la démocratie. Le fait que les dictateurs aujourd’hui se parent des atours de la démocratie démontrent son énorme attrait pour les peuples.

L’absence d’accord mondial sur la définition de la démocratie et de ses normes fait que n’importe qui peut se déclarer démocrate d’une part, et d’autre part que la qualité des démocraties est très inégale. Néanmoins, la victoire normative de la démocratie est une transition dans l’histoire de l’humanité que l’on a trop peu relevée. Il est probable que les historiens futurs se souviendront du 20ième siècle au plan politique surtout pour le fait que c’est pendant ce siècle que le monde aura «basculé» normativement dans le giron démocratique. L’Histoire retiendra probablement cette transition comme l’une des avancées majeures de l’humanité.

La démocratie n’est pas considérée comme pertinente pour les relations internationales qui sont encore basées sur l’ancien régime féodal

Il n’existe presque plus de pays où la démocratie ne soit pas reconnue comme étant l’idéal du système politique, ou encore où la souveraineté du peuple ne soit pas le fondement des institutions publiques. Mais même si la démocratie a gagné le combat normatif au plan national, il reste beaucoup de chemin à faire car elle doit être appliqué ou améliorée dans presque tous les pays. Mais il y a un domaine où la démocratie ne s’applique pas du tout : celui des relations internationales. Nous sommes encore en régime inter-Etatique et féodal. C’est là que se situe le plus grand problème, car non seulement la démocratie est inexistante en relations internationales, elle n’est même pas considérée comme un idéal normatif à atteindre, ce qui est au moins le cas au plan intérieur, même de la plupart des dictatures.

L’absence de théorie rationnelle de la démocratie

La démocratie avec un D majuscule n’existe pas. Il ne peut y avoir de démocratie parfaite, et il n’existe pas d’idéal (au sens platonicien du terme) de la démocratie. Le prétendre nous entraîne sur une pente glissante qui nous amènerait quasi-inéluctablement vers le totalitarisme. Le siècle dernier a assez souffert de cette illusion durant lequel prédomine pouirtant la conception qu’ont les citoyens de la démocratie. L’une des raisons des plaintes continuelles des citoyens de pays démocratiques contre leur système (et l’attrait des formations politiques anti-démocratiques) est la ténacité de l’illusion qu’en somme, puisque (selon la formule de Winston Churchill) la démocratie est le moins mauvais système politique, la démocratie particulière qui est la leur devrait toujours créer de meilleures conditions de vie. Ce qui est bien sûr faux car il y a autant de démocraties que de polis, et la plupart des démocraties sont de mauvaises démocraties, car inaptes à remplir les attentes de leurs citoyens et à minimiser les risques de guerres et de terrorisme.

Même si on peut énoncer un théorème politique général qui serait : «En moyenne, les démocraties sont plus efficaces que les non-démocraties», cela ne veut pas dire qu’une démocratie particulière soit plus efficace qu’une non-démocratie particulière, car il suffit d’un despote un peu éclairé pour produire de meilleurs résultats que des démocraties incompétentes ou corrompues.

Donc paradoxalement, un des grands dangers qui guette la démocratie est l’attente extraordinaire que les peuples ont d’elle, en tant qu’idéal platonicien parfait. Ceci rejoint le commentaire du début que la démocratie, au lieu d’être perçu comme un système rationnel apte à être amélioré par des moyens tout aussi rationnels, est devenu une sorte de religion séculaire, et que ses adhérents se comportent plus en tant qu’adorateurs qu’en tant «qu’utilisateurs» d’une technologie politique donnée. Ce phénomène anthropologique est analogue à celui qu’on observe chez certains peuples qui connaissent plusieurs Dieux, et qui déçus de l’un car il (ou elle) n’a pas protégé les récoltes, se fâchent et décident de vénérer un Dieu concurrent3.

Et puisqu’elle n’est qu’une simple invention humaine et que la plupart de ses variations sont inefficaces, les déceptions irrationnelles alimentent le fantasme du retour à une autorité forte, à un gouvernement à poigne, et en général favorisent les extrêmes de droite ou de gauche.

Le fait que les peuples peuvent être plus facilement manipulés par les gouvernements et être convaincu d’abandonner leurs libertés grâce à cette conception irrationnelle de la démocratie est peut-être l’explication la plus logique des motivations qui ont empêché le développement d’une science de la démocratie jusqu’à présent.

Les gouvernements démocratiques actuels qui sont en général composés de gens honnêtes ont donc tout intérêt à favoriser la naissance d’une science et d’une ingéniérie rationelle de la démocratie, ne serait-ce que parce que leur propre survie politique en dépend à l’ère de la mondialisation et alors que les contrats sociaux et républicains nationaux s’effilochent.

L’irrationalité permet la guerre

Bien que la démocratie soit perçue comme l’idéal à atteindre, les chemins qui y mènent restent mystérieux. Ce mystère fait qu’en 2003 un grand pays a fait une guerre sans l’aval de l’ONU et que le reste du monde qui pourtant

était farouchement anti-guerre n’a pas su proposer une alternative à la guerre pour se débarrasser d’un tyran. Dans ce cas précis, bien que président Bush ait clairement dit qu’il ne ferait la guerre qu’en dernier ressort, aucun des pays opposés ne lui a proposé une méthode alternative. On dira que le but officiel n’était pas de se débarrasser de Saddam Hussein et que donc personne n’avait à proposer une méthode pour construire une démocratie en Irak. C’est vrai dans le cadre actuel de la légalité internationale, mais qui elle-même n’est pas basé sur les droits humains, et c’est sans compter sur les exigences de millions de citoyens du monde qui ne comprennent pas pourquoi on laisse mourir des personnes au nom du respect de traités internationaux.

Si on voulait être pragmatique, il était tout aussi évident que les USA ne seraient pas satisfaits de simples inspections de l’ONU, et que donc le «moindre mal» à la guerre promise de Bush aurait été de trouver une alternative pour aider le peuple Irakien à se libérer du joug baathiste sans guerre. Entre inventer une manière nouvelle de libérer l’Irak de manière pacifique (et donc courir le risque de se voir accuser d’être d’accord avec M. Bush pour promouvoir la démocratie) et ne pas coopérer et laisser les USA faire la guerre, le choix aurait dû être facile. Mais le cas de l’Irak et l’examen d’une telle alternative sera pour un autre article.

On voit donc que le manque de démarche systématique et rationelle de l’amélioration de la démocratie a des conséquences néfastes, puisqu’il favorise la guerre.

Les surprises d’un gentil politologue extra-terrestre

Il pourrait paraître surprenant pour un politologue d’une autre planète qui découvrirait la Terre, de constater que bien que le monde entier parle de démocratie (y compris les dictatures, ce qui est un fait nouveau et remarquable dans l’histoire) il n’existe pas, à proprement dit, de méthodologie rigoureuse de conception et de réalisation de la démocratie. Il n’existe pas de «science de la démocratie», mais le plus étonnant est de constater qu’il n’existe pas même de centres de recherche à ce sujet, comme si la démocratie était un sujet qui ne se prête pas à la rigueur intellectuelle.

Ceci est d’autant plus surprenant qu’il existe un consensus croissant que la prospérité, la stabilité et potentiellement la survie de l’espèce humaine, dépendent de la qualité de la démocratie, non seulement au plan national mais aussi au plan mondial (il est probable que les grands problèmes mondiaux qui nécessitent une coopération étroite planétaire ne pourront être résolu que si le monde invente une démocratie planétaire basée sur un contrat social et civique mondial dont les termes sont à négocier).

Notre aimable politologue extra-terrestre s’émerveillerait de l’incohérence des Terriens qui parlent de démocratie à tout va mais qui n’ont pas encore créé, comme ils l’ont fait dans tant d’autres domaines, des centres de recherches et d’expériences de la démocratie, des centres d’excellence, des pôles de compétences de gouvernance démocratique. Il s’étonnerait qu’il n’existe pas d’endroit au monde spécialisé dans la recherche et le développement de méthodes démocratiques, bien qu’existent des institutions qui la soutiennent en général, et il remarquerait que les rares institutions de soutien de la démocratie ne font que de l’ingéniérie démocratique partielle (souvent en matière d’élections), mais sans utiliser le concept clair d’ingéniérie démocratique et n’ont aucune théorie générale de la démocratie avec laquelle travailler ou à tester. En étudiant l’histoire terrestre, il conclurait que les Terriens en ce début de 21ième siècle en sont au même point en ce qui concerne la démocratie que les alchimistes du Moyen-Age l’étaient avec la manipulation des éléments. Ces alchimistes étaient certes quelquefois très habiles et arrivaient même à des résultats extraordinaires par leurs énormes connaissances des détails, mais leurs réalisations étaient limitées par leur manque de profonde compréhension et de théorie scientifique. De plus, comme les «experts» actuels, les alchimistes d’antan tiraient un grand pouvoir sur les puissants de leurs connaissances ésotériques, puisque sans pouvoir comprendre le fondement de leurs activités, les puissants étaient obligés de les consulter en permanence.

Finalement, en allant plus profondément, on serait probablement choqué de constater qu’en plus de l’absence d’institutions de recherche scientifique sur la démocratie, les experts et les politiciens n’y songent même pas, et que la conception même de la démocratie est une conception anti­scientifique, une conception historicienne, une conception «exceptionaliste» basé sur les actions héroïques de surhommes, bref, une conception irrationnelle et magique.

Ébauche de critique du système actuel

Cette conception irrationnelle est matérialisée par l’existence d’une véritable industrie de la résolution de conflit, dans laquelle sont «recyclés» des dizaines d’anciens chefs d’Etats (p.e. l’International Crisis Group dont le président Gareth Evans, ancien ministre des Affaires étrangères de l’Australie, me disait récemment qu’il n’était pas intéressé par l’ingéniérie démocratique puisqu’il faisait de la résolution de conflit).

Comme la résolution de conflit ne résout les problèmes que de façon ponctuelle et superficielle, elle nécessite donc une infusion constante de l’extérieur; et il est donc difficile d’échapper à la conclusion que la résolution de conflit est un concept qui permet surtout à des anciens politiciens (des «big men») de se sentir utile.

Par contraste, la démocratie est une machine politique de résolution permanente des conflits. Si l’on investissait une fraction des ressources de l’industrie de la résolution des conflits dans l’ingéniérie démocratique, on aurait résolu les conflits ponctuelles et l’on y aurait gagné un système d’arbitrage constant des conflits politiques. Ce commentaire vaut également pour la grande majorité des instituts et think-tanksexistants de relations internationale et de stratégie, qui se contente, pour la plupart, de superbes analyses tout en perpétuant une vision arbitraire et irrationnelle du monde (et qui se traduit concrètement par des recommandations schizophréniques du type : basons nos actions à l’intérieur de l’Union sur les principes directeurs de démocratie et de l’Etat de droit, et basons nos actions dans le système mondial sur leurs contraires4).

La promotion d’un cadre de pensée ultime irrationnel (qui se cache sous des analyses savantes et rationnelles en surface) leur garantit une position privilégiée auprès des puissants, en tant qu’interprètes du monde, tels les anciens devins et liseurs d’entrailles. La conception que la politique est «in fine» arbitraire et basé sur la variété infinie d’interactions humaines irrationnelles leur permet de se comporter comme une caste de prêtres qui seraient les seuls à pouvoir correctement interpréter les désirs des Dieux.

Comme malheureusement ce sont les mêmes qui dans notre société bénéficient d’un monopôle de fait dans les médias et qui contrôlent l’éducation des jeunes intéressés par les «sciences politiques», ils en profitent pour inculquer juste ce qu’il faut pour perpétuer leur caste. Comme n’importe quel système de pensée non-rationnel, le système dominant actuel des relations internationales est obligé de fabriquer des explications très compliqués, ce qui lui permet de garder une position intellectuelle dominante de par l’expertise ésotérique de ses gardiens. Les explications de détails sont en fin de compte insignifiantes mais ô combien satisfaisantes pour les êtres humains auxquels l’évolution a légué un cerveau fasciné par les vicissitudes des relations humaines.

Application concrète de l’ingéniérie démocratique au cas du conflit israélo-palestinien

Le conflit Israélo-palestinien est l’illustration parfaite de cette maladie généralisée de l’esprit qui perpétue une vision irrationnelle et magique de la politique (et qui donc sert les intérêts des castes d’experts politiques auto-perpétués). On nous répète sans cesse que ce problème est insoluble, et que cela fait 3000 ans que cela dure puisque les Juifs auraient reçu de Dieu lui-même le droit de résider sur cette terre. Ici, la dimension religieuse (donc irrationnelle) n’est même pas cachée ou sous-jacente, mais elle est une composante inébranlable du problème. Cette dimension irrationnelle devient l’excuse rêvée pour ne même pas réfléchir à une éventuelle ingéniérie démocratique, puisque de toute façon «les gens sont irrationnels», et que «la guerre a existé de tout temps donc que voulez-vous faire». Cette paresse intellectuelle excusable chez le citoyen moyen l’est moins chez les soit-disant experts.

Essayons de résoudre ce problème de manière rigoureuse. D’abord un constat: les experts en relations internationales, diplomates et politiques, ont proposé depuis 50 ans plus d’une quinzaine de plans de paix différents. Pourquoi le problème ne semble pas être sur le point d’être résolu (sauf, ce qui illustre mon propos, grâce à la démocratisation de la société palestinienne) ?

Essayons de voir d’abord quel est le point commun de tous ces plans de paix (sans exception aucune), et ensuite regardons si par hasard ce point commun nous offre une piste.

Très rapidement, on voit que les plans de paix, même s’ils se ressemblent dans les grandes lignes, achoppent sur plusieurs questions fondamentales ainsi que sur les détails des accords généraux. On ne constate qu’un seul point commun: ils sont tous négociés par la diplomatie. En quoi cette observation nous serait-elle utile puisque par définition tout accord international est négocié par les diplomates? Cette observation somme toute banale semble vide de sens. Et pourtant c’est là le début de la solution, car il tombe sous le sens commun qu’une paix durable ne viendra que d’un compromis auquel les peuples israéliens et palestiniens adhéreront, et non pas d’un compromis auquel seulement quelques diplomates, ou même seulement quelques politiciens, ou même, les chefs d’Etats eux-mêmes, adhéreront5.

La psychologie et l’anthropologie nous montre qu’un compromis n’est solide que s’il est négocié par ceux qui doivent s’y plier. Autrement dit, un «compromis» n’est stable que si les personnes qui doivent l’appliquer l’ont élaboré elles-mêmes. Ceci est expliqué par le fait que ce qui est important est moins le compromis objectif en tant que tel (donc le papier sur lequel est écrit le traité de paix) que les compromis dans les esprits des protagonistes. Ce qui fait que la paix soit stable ou pas est le degré de changement des mentalités à grande échelle.

Voilà où nous revenons à l’observation banale que tous les processus de négociation à ce jour aient toujours été des processus diplomatiques. Une simple observation des résultats montre que la diplomatie est incapable de changer les mentalités à grande échelle, du moins suffisamment rapidement pour pallier aux autres aléas du processus de paix (comme l’existence de dirigeants malhonnêtes, stupides ou cupides). Les chances de la diplomatie seraient évidemment beaucoup plus grandes si les politiciens étaient des saints. Voici justement son travers principal : la diplomatie en tant que système de négociation est basée sur les qualités arbitraires des dirigeants, donc puisque la nature humaine est ce qu’elle est, elle est vouée à l’échec dans les cas difficiles. D’ailleurs c’est ce constat d’échec répété qui crée le grand désespoir de ce conflit. Le monde entier, y compris ses penseurs et philosophes par ailleurs lucides, ne fait que se plaindre, gémir et appelle sans cesse à la «volonté politique» des puissants, et finalement n’a de mieux à faire que de demander ou d’exiger des politiciens qu’ils soient vertueux.

On voit ici clairement l’irrationalité totale de cet état d’esprit et de cette démarche basée sur une vision quasi-religieuse du monde, qui met en danger la démocratie en promouvant le concept de l’homme providentiel, du Messie qui viendrait nous sauver, du surhomme moral. Ceci est une illusion dangereuse.

Mais même si la diplomatie pouvait être justifiée du point de vie théorique, regardons-la de manière empirique. L’histoire de ces cinquante dernières années montre bien que la diplomatie n’a pas réussi, loin s’en faut, à apporter la paix, et à fortiori n’a pas réussi à créer les conditions de paix stable que nous avons vues précédemment, c’est-à-dire à changer les mentalités à grande échelle.

Notre conclusion logique est donc que pour arriver à la paix, il est nécessaire que le processus de négociation en lui-même contribue à un changement des mentalités, et à l’acceptation d’un compromis politique dans des millions de cerveaux individuels. Quel genre de processus devons-nous inventer pour faire cela ?

Pour le trouver, utilisons une autre méthode, celle des «Gedankenexperimente» (expérience de pensée) utilisée en particulier par Einstein pour élaborer la théorie générale de la relativité.

Essayons d’imaginer d’abord un processus de paix idéal pour ensuite arriver à une approximation réaliste qui en garderait les résultats majeurs. Que serait le processus de paix idéal? Encore une fois, le bon sens nous dit que ce processus inclurait grosso modo les 5 millions d’Israéliens (ou d’Israéliens juifs) et les 5 millions de Palestiniens et d’Israéliens arabes. Donc enfermons 10 millions de personnes dans une grande salle de conférence et laissons-les discuter d’un traité de paix. Si ces 10 millions de personnes participent personnellement à la négociation, il est évident que c’est la meilleure manière pour les 2 peuples d’effectuer un changement massif de mentalités, puisque nous savons déjà scientifiquement qu’on ne change de mentalité le plus profondément possible qu’en faisant soi-même l’expérience de la négociation.

Une parenthèse psychologique: le conflit est tellement émotionnel que les deux peuples peuvent être considéré comme littéralement traumatisé, au sens médical du terme. C’est une autre raison pour laquelle la diplomatie ne fonctionne plus ici, car la paix ne pourra se faire que si les deux peuples en quelque sorte passent à travers une sorte de catharsis, qui leur permet de dépasser les haines et les souffrances. Cela explique aussi pourquoi même si la diplomatie pourra avoir des succès temporaires, il ne faudra pas s’étonner de la superficialité des résultats et de la reprise des violences.

Nous pouvons conclure que la seule manière d’obtenir la paix est la conception d’un processus de négociation qui soit à la fois politique et psychologique, et qui permet une catharsis de masse, comme condition sine qua non du changement de mentalités de masse nécessaire pour une paix durable.

Une fois arrivé à ce stade-là, on utilise les techniques de l’ingéniérie pour concevoir un processus de négociation optimal pour obtenir les résultats voulus.

J’ai essayé jusqu’à présent de détailler pour le lecteur chaque étape de raisonnement pour mieux asseoir les concepts les moins bien connus, et surtout pour permettre au lecteur averti de reconstituer et améliorer la méthode. Maintenant, pour économiser de la place dans cet article déjà trop long, je donnerais simplement le résultat provisoire de mes réflexions sur le processus de paix optimal. Cette dernière partie, en tant qu’application d’une théorie générale, est la plus arbitraire. On pourra être d’accord sur la théorie, mais différer sur son application particulière pour résoudre des «équations politiques» spécifiques.

Une assemblée de paix démocratique

Je propose comme processus optimal de négociation de la paix entre Israéliens et Palestiniens le processus suivant: une assemblée binationale démocratique de négociation, ou encore un Parlement binational de paix, ou encore une conférence démocratique de paix. L’idée générale est d’essayer de reproduire de manière pragmatique les effets que pourraient avoir un processus idéal qui inclurait les 10 millions d’habitants des deux côtés.

Le modèle le plus simple serait que la conférence de paix soit constituée des deux Parlements et gouvernements siégeant conjointement (à peu près 120 personnes de chaque côté). La seule condition de participation serait de ne pas initier de violence pendant le processus. Ceci est une condition délicate qui pourrait donner un «droit de veto» aux extrémistes, mais il est difficile d’imaginer de faire autrement. Il est aussi très probable, comme nous le montre l’histoire des pauses du conflit, qu’un processus de paix aussi massif et soutenu par les populations (ce qui est le plus probable)6 bénéficie d’une trêve spéciale.

Une version améliorée serait qu’aux parlementaires et ministres se rajoutent plusieurs autres groupes jusqu’à ce que chaque côté atteigne 200 personnes. Une conférence de 400 délégués est tout à fait gérable. Une composition optimale des délégués supplémentaires serait la suivante :

  • maires des grandes villes israéliennes et palestiniennes pour des raisons évidentes ;
  • chefs religieux pour des raisons non moins évidentes ;
  • représentants de la société civile, intellectuels, acteurs, sportifs etc. ;
  • représentants des entreprises, des syndicats et des professions ;
  • potentiellement des représentants des deux diasporas.

D’autre part, pour garantir les effets cathartiques, le processus devra être totalement transparent, ce qui veut dire télévisé en direct, radiodiffusé et montré sur l’Internet. En effet, si les négociations, comme c’est le cas dans la diplomatie, étaient secrètes, elles perdraient tout effet thérapeutique.

Je laisserais au lecteur d’imaginer concrètement le déroulement, et de ce fait, de répondre comme exercice aux objections les plus fréquentes.

En ce qui concerne la durée, il faudra dès le départ se préparer à 2 à 3 mois de négociation. Cela peut sembler long mais c’est la condition de l’élaboration d’un compromis de masse, et de l’effet cathartique désiré nécessaire à la stabilité de traité de paix final. Certains remarqueront que le processus aura des aspects de Commission de Vérité et de Réconciliation, ce qui n’est pas faux.

La conférence de paix devra être soutenu par la communauté internationale, y compris le Quartet, qui y verra le meilleur moyen de revigorer sa feuille de route. Mais cette fois-ci, ce sont les représentants des 2 peuples qui écriront leur propre feuille de route.

En conclusion : une ré-ingéniérie démocratique du processus de négociation entre Israël et la Palestine sortira le processus de son ornière diplomatique et permettra par une négociation en profondeur de créer les changements psychologiques nécessaires à grande échelle pour créer une paix durable. D’autre part, la valeur pédagogique et didactique du processus qui sera suivi mondialement par des centaines de millions de téléspectateurs et d’auditeurs aura un effet secondaire cathartique qui désamorcera le début de choc des civilisations que nous sommes en train de vivre.

Troy DAVIS,

diplômé de physique de l’université de Harvard,, inventeur du concept d’ingéniérie en démocratie, président de la World Citizen Foundation et de l’association de soutien à l’Ecole de la Démocratie

NOTES

  • Je définis provisoirement l’ingéniérie démocratique comme telle : une démarche scientifique visant à concevoir, inventer et mettre en oeuvre les moyens optimaux pour planifier et organiser les processus démocratiques. Une explication plus détaillée, avec des antécédents historiques, sera donnée dans un Manuel de la théorie et de la pratique de l’ingéniérie démocratique qui devrait paraître fin 2005.
  • On prendra pour exemple la citation suivante d’août 2002 du Lt. Général Khin Nyunt, le n° 3 de la junte de Myanmar : «La démocratie que nous cherchons à construire ne sera peut-être pas identique à celle qui prévaut en Occident, mais elle sera sûrement basée sur les principes universels de la liberté, la justice et l’égalité.»
  • Alors qu’ils devraient appeler de leurs voeux et le cas échéant participer à une ingéniérie démocratique pour améliorer leur démocratie défaillante, en général les déçus de la démocratie évoquent nostalgiquement un âge d’or mythique, et transposent leur «adoration» sur un gouvernement plus autoritaire qui promet la paix et l’ordre en échange de sacrifices ou d’offrandes de leurs libertés (et souvent le retour à ce même âge d’or).
  • Bien sûr les experts aiment dire que la politique étrangère européenne est basée, elle aussi, sur les mêmes principes d’ordre mais ils se contredisent dans leurs recommandations. L’exemple le plus flagrant est la répétition ad nauseam (comme un mantra) de la nécessité de construire une puissance militaire européenne qui puisse sinon concurrencer celle des Etats-Unis, au moins en être une pâle copie, pour la «grandeur» et «l’indépendance» de l’Europe. Il ne leur vient pas à l’esprit que le monde serait mieux servi, et la prospérité, la grandeur et l’indépendance de l’Europe seraient mieux garanties, si l’Europe investissait dans une ingéniérie démocratique qui s’attacherait à améliorer les processus démocratiques nationaux du monde entier, son processus démocratique européen et finalement, à créer un processus démocratique mondial. Surtout, il ne leur vient pas à l’esprit qu’une des raisons fondamentales de la méfiance des citoyens envers la politique vient justement de ce manque de cohérence et de ce double discours, et que la démocratie serait mieux servie par des politiques démocratique et d’Etat de droit que la politique intra-européenne, basés sur les mêmes principes à tous les niveaux.
  • Une autre observation que nous dicte le sens commun est que la paix au Moyen-Orient ne se fera pas si elle est imposée de l’extérieur sans la participation des peuples intéressés. Il est donc futile de penser par exemple que le Quartet (USA, ONU, UE, Russie) puisse imposer la paix. L’échec patent de la feuille de route le démontre amplement, même si les experts et politiques s’y accrochent désespérément comme si elle était une formule magique (démontrant une fois de plus si c’était nécessaire le mode de pensée magique qui prédomine de manière tragique dans les relations internationales).
  • Il faut prendre en compte également l’effet positif qu’aura le fort soutien de l’opinion publique mondiale pour le processus. En effet, il est très difficile d’imaginer que les opinions publiques de quelque pays que ce soit se prononce contre une négociation directe entre les représentants des deuxpeuples. Le monde est tellement anxieux de résoudre ce problème, et le fait de le faire par des voies démocratiques serait tellement innovateur et cohérent avec les idéaux des citoyens du monde entier, que les encouragements positifs seront légions. Ces encouragements venant de la planète entière seront un facteur extrêmement positif pour le succès du processus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here